Cette prédication sur 2 Samuel 7.1-16 a pour sujet l'alliance de Dieu avec David et sa promesse d'affermir son règne en gardant toujours un roi parmi ses descendants, ce que la naissance de Jésus est venue accomplir pour assurer la paix et la sécurité de son royaume.

Source: La Parole faite chair - Prédications sur la naissance du Christ. 6 pages.

2 Samuel 7 - Paix sur terre aux hommes qu'il aime

« Lorsque le roi habita dans sa maison, et que l’Éternel lui eut donné du repos en le délivrant de tous ses ennemis qui l’entouraient, il dit au prophète Nathan : Vois donc! c’est moi qui habite dans la maison de cèdre, alors que l’arche de Dieu habite sous la toile de tente. Nathan répondit au roi : Va, fais tout ce que tu as dans le cœur, car l’Éternel est avec toi. Or, cette nuit-là, la parole de l’Éternel fut adressée à Nathan en ces mots : Va dire à mon serviteur David : Ainsi parle l’Éternel : Est-ce toi qui me bâtiras une maison pour que j’y habite? Car je n’ai pas habité dans une maison depuis le jour où j’ai fait monter les Israélites hors d’Égypte jusqu’à aujourd’hui, mais je me suis déplacé sous une tente et dans un tabernacle. Partout où je me suis déplacé avec tous les Israélites, ai-je dit un mot à quelqu’une des tribus d’Israël à qui j’avais ordonné de faire paître mon peuple d’Israël, ai-je dit : Pourquoi ne me bâtissez-vous pas une maison de cèdre? Maintenant, tu parleras ainsi à mon serviteur David : Ainsi parle l’Éternel des armées : C’est moi qui t’ai pris au pâturage, derrière le troupeau, pour que tu sois le conducteur de mon peuple d’Israël. J’ai été avec toi partout où tu es allé, j’ai retranché tous tes ennemis devant toi et j’ai rendu ton nom grand comme le nom des grands qui sont sur la terre; j’ai attribué une place à mon peuple d’Israël, et je l’ai planté pour qu’il y demeure et ne soit plus agité, pour que les hommes injustes ne recommencent plus à l’humilier comme autrefois, et comme à l’époque où j’avais établi des juges sur mon peuple d’Israël. Je t’ai accordé du repos en te délivrant de tous tes ennemis. L’Éternel t’annonce qu’il te fera une Maison. Quand tes jours seront accomplis et que tu seras couché avec tes pères, je maintiendrai ta descendance après toi, celui qui sera sorti de tes entrailles, et j’affermirai son règne. Ce sera lui qui bâtira une maison à mon nom, et j’affermirai pour toujours son trône royal. Moi-même je serai pour lui un père, et lui, il sera pour moi un fils. S’il commet des fautes, je le corrigerai avec le bâton des hommes et avec les coups des humains; mais ma bienveillance ne se retirera pas de lui, comme je l’ai retirée de Saül, que j’ai écarté devant toi. Ta maison et ton règne seront pour toujours assurés devant toi, ton trône pour toujours affermi. Nathan parla à David conformément à toutes ces paroles et à toute cette vision. »

2 Samuel 7.1-17

Chaque étape de notre vie a ses charmes et ses agréments, comme aussi ses défis et ses épreuves. Si l’adolescence et les premières années de l’âge adulte sont là pour nous former et nous faire goûter des expériences variées, il arrive un moment dans la vie de toute personne où l’on commence à souhaiter un peu plus de stabilité. On rêve d’un conjoint pour la vie, on cherche un emploi stable, on pense à une maison pour la famille. Le goût de l’aventure fait place au goût de la sécurité et de la permanence des relations. On a l’impression que les étapes précédentes étaient comme des esquisses avant de mettre en chantier une construction à long terme et plus permanente.

Dans l’histoire du peuple d’Israël, ce goût de sécurité et de stabilité a été ressenti de plus en plus fort après des années et même des siècles de vie d’aventure et d’incertitude. Après l’Égypte et les longues marches dans le désert, enfin Israël a pu s’installer dans le pays promis et a pu goûter un certain repos. Pourtant, le peuple de Dieu était encore loin de vivre dans la stabilité. Ils vivaient au milieu d’ennemis païens qui menaçaient sans cesse leur vie et le bonheur promis. Durant la période des juges, une grande instabilité existait encore en Israël avec ses hauts et ses bas, ses victoires et ses rechutes.

C’est finalement la période des rois qui est venue calmer cette mer agitée pour donner de la sécurité paisible au peuple de Dieu. Les rois d’Israël, tout particulièrement David, le plus grand roi en Israël, ont fait des conquêtes, ont protégé les frontières des attaques ennemies, ont assuré le bon ordre et la justice dans le pays. Le roi représentait l’autorité que Dieu exerçait sur son peuple. Avec David, Dieu est venu établir son propre Royaume au milieu des siens; il a voulu leur donner du repos, de la stabilité leur permettant d’élaborer des projets à long terme et de vivre enfin en paix, en sécurité.

Le récit de 2 Samuel 7 relate l’événement fondateur de cette longue stabilité, le point de départ qui viendra assurer au peuple de Dieu, à l’Église du Seigneur, cette sécurité tant souhaitée, cette paix pour toujours.

David venait d’installer son palais royal à Jérusalem. Avant, il avait régné sept ans à Hébron; puis il a réussi à prendre possession de Jérusalem qui est plus central et, à partir de là, il s’est mis à gouverner sur tout le pays. Un jour, il apporta l’arche de l’alliance pour montrer publiquement que son règne, son gouvernement, était associé de très près au règne de Dieu. Dieu lui-même vivait au milieu de son peuple, il conduisait la vie d’Israël depuis ses débuts et c’est lui qui avait choisi David pour être roi, pour exercer une autorité au nom du Seigneur.

Mais David s’est mis à regarder son palais royal et à se dire : Cela n’a pas de sens, moi j’ai un magnifique palais, mais le Seigneur, le vrai Roi d’Israël, lui, n’a qu’un petit sanctuaire, une petite tente en toile, qui ne montre pas comme il convient sa gloire et son autorité. Alors je vais lui construire un temple magnifique. « Il dit au prophète Nathan : Vois donc! c’est moi qui habite dans la maison de cèdre, alors que l’arche de Dieu habite sous la toile de tente » (2 S 7.2).

Toutefois, Dieu ne le voyait pas de cette façon. Il envoya le prophète Nathan lui dire :

« Ainsi parle l’Éternel : Est-ce toi qui me bâtiras une maison pour que j’y habite? Car je n’ai pas habité dans une maison depuis le jour où j’ai fait monter les Israélites hors d’Égypte jusqu’à aujourd’hui, mais je me suis déplacé sous une tente et dans un tabernacle » (2 S 7.5-6).

Puis, Dieu lui annonce que c’est lui, le Seigneur, qui lui bâtira une maison, c’est-à-dire qu’il lui donnera une descendance royale.

« L’Éternel t’annonce qu’il te fera une Maison. Quand tes jours seront accomplis et que tu seras couché avec tes pères, je maintiendrai ta descendance après toi, celui qui sera sorti de tes entrailles, et j’affermirai son règne. Ce sera lui qui bâtira une maison à mon nom, et j’affermirai pour toujours son trône royal » (2 S 7.11-13).

Ce n’est pas David qui pouvait affermir le règne de Dieu et donner la sécurité à son peuple, c’est l’Éternel Dieu qui donne la stabilité, c’est lui qui est venu annoncer à David un projet à long terme. Jusque là, Dieu n’avait pas eu besoin d’un temple. Il n’avait pas eu besoin d’une belle maison solide pour montrer qu’il gouvernait avec puissance. Depuis la sortie d’Égypte, il avait guidé son peuple. Ils ont eu des épreuves, ils ont été étrangers et voyageurs, mais le Seigneur a toujours été avec eux, il ne les a jamais abandonnés. Ils ont vécu toutes sortes de situations difficiles et instables, mais l’Éternel a quand même été leur Protecteur, leur Soutien. Il a marché au milieu d’eux. Il a aussi été avec David.

« 
Ainsi parle l’Éternel des armées : C’est moi qui t’ai pris au pâturage, derrière le troupeau, pour que tu sois le conducteur de mon peuple d’Israël. J’ai été avec toi partout où tu es allé, j’ai retranché tous tes ennemis devant toi et j’ai rendu ton nom grand comme le nom des grands qui sont sur la terre; j’ai attribué une place à mon peuple d’Israël, et je l’ai planté pour qu’il y demeure et ne soit plus agité, pour que les hommes injustes ne recommencent plus à l’humilier comme autrefois, et comme à l’époque où j’avais établi des juges sur mon peuple d’Israël. Je t’ai accordé du repos en te délivrant de tous tes ennemis » (2 S 7.8-11).

Par amour pour son Église, le Seigneur a fait à David une promesse magnifique par la bouche de son prophète Nathan.

« L’Éternel t’annonce qu’il te fera une maison. Quand tes jours seront accomplis et que tu seras couché avec tes pères, je maintiendrai ta descendance après toi, celui qui sera sorti de tes entrailles, et j’affermirai son règne. Ce sera lui qui bâtira une maison à mon nom, et j’affermirai pour toujours son trône royal » (2 S 7.11-13).

Dieu lui a garanti un avenir, à toi et à son peuple. Il lui a promis que son trône ne serait jamais renversé, que sa couronne royale allait toujours resplendir. Dieu s’est engagé à faire de lui, à travers sa descendance, le plus grand roi de la terre, le monarque incontesté, que personne ne pourra battre. David, bien sûr, allait mourir, mais il y aura toujours un de ses descendants pour lui succéder. Dieu allait s’assurer qu’il y aurait toujours un de ses fils pour exercer l’autorité royale que lui lui avait donnée. Oui, Dieu allait lui construire une maison, et cette maison serait une descendance, des fils qui allaient régner à sa place, afin de préserver pour toujours la sécurité de son peuple. Par David, Dieu a commencé à établir son Royaume sur terre. Il avait la ferme volonté de continuer à faire grandir ce Royaume, l’affermir davantage, pour toujours, jusque dans l’éternité.

Cette promesse que Dieu a faite à David, le peuple de Dieu a voulu s’en souvenir, parce que son avenir en dépendait. Quand Dieu a fait cette promesse, il n’avait pas en vue seulement l’avenir d’un roi, mais le bonheur de toute son Église, la sécurité, l’avenir paisible de ses enfants :

« J’ai attribué une place à mon peuple d’Israël et je l’ai planté pour qu’il y demeure et ne soit plus agité, pour que les hommes injustes ne recommencent plus à l’humilier comme autrefois » (1 S 7.10).

David est mort et Salomon l’a remplacé. Le Royaume de Dieu s’est affermi davantage en Israël. Toutefois, Salomon a péché et Dieu l’a puni, comme il l’avait annoncé à David. Salomon n’a pas été à la hauteur, le manteau royal était trop grand pour ses épaules. Son royaume s’est divisé en deux : la partie nord et la partie sud du pays. La sécurité promise à Israël n’a pas duré longtemps. La lignée de David a continué, selon la promesse, mais elle est devenue très affaiblie.

Les livres des rois nous racontent toute l’histoire de ces rois qui se sont succédé. Certains furent de bons rois, d’autres furent très méchants et ont fait tout le contraire de ce que Dieu leur avait demandé. Et finalement, tout a fini par s’écrouler. Le peuple de Dieu est allé en exil, c’est devenu l’instabilité et l’insécurité la plus complète. Il n’y a plus eu de roi comme David. Il n’y a plus eu de protection pour Israël. Le peuple de Dieu a perdu toute demeure stable. Dans leur détresse, ils ont pleuré, ils se sont lamentés, ils ont crié à l’Éternel : Où est ta promesse? Où est le roi que tu nous as annoncé? Où sont la stabilité et la paix dont nous rêvions? Où est la sécurité dont nous avons besoin pour nous et pour nos enfants? (Voir le Ps 89).

Après plusieurs années d’exil, Dieu, dans sa grâce, a finalement ramené son peuple dans son pays, il lui a donné à nouveau une certaine sécurité, mais pas comme au temps de David. Ah, si David pouvait encore être là! Dieu leur a donné encore des prophètes et des prêtres, mais ils n’avaient plus de roi. Le pays était gouverné par des étrangers. Après les Babyloniens, les Mèdes et les Perses, ce sont les Grecs puis les Romains ont dominé sur eux et les ont fait souffrir. Ah, si David pouvait revivre, si le Royaume de Dieu pouvait venir afin que nous ayons enfin du repos à l’abri! Pendant très longtemps, le peuple de Dieu, malheureux, abattu, n’a pas goûté à la promesse faite à David. Le manteau royal de David est resté vide, personne n’était assez grand pour le remplir. La couronne royale est restée là, soigneusement remisée, en attendant que quelqu’un vienne, digne de la porter comme il convient…

Puis, sous le roi Hérode, par une belle nuit étoilée, la bonne nouvelle a retenti. Voici, votre Roi vient! Le fils de David, le Fils de Dieu en personne est venu! C’est lui qui a été désigné pour porter le manteau royal. Il exercera un règne de justice et de paix. Il viendra établir le Royaume de Dieu. Il donnera à son peuple la stabilité et la sécurité tant attendue. C’était le premier Noël. Un ange est venu annoncer à Marie :

« Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père. Il régnera sur la maison de Jacob éternellement et son règne n’aura pas de fin » (Lc 1.32-33).

Un ange est ensuite venu annoncer à des bergers :

« Soyez sans crainte, car je vous annonce la bonne nouvelle d’une grande joie qui sera pour tout le peuple : aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur » (Lc 2.10).

Mille ans auparavant, Dieu l’avait promis à David : « Ta maison et ton règne seront pour toujours assurés devant toi, ton trône pour toujours affermi » (2 S 7.16). Un Royaume stable, une autorité ferme, un règne inébranlable, une domination éternelle! Tous les ennemis du peuple de Dieu tremblent, à commencer par le diable. « Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, et paix sur la terre parmi les hommes qu’il agrée! » (Lc 2.14).

Noël annonce le plus grand Roi. Il est venu combattre tous les ennemis de l’Église. Les œuvres du diable ont été renversées. Le péché a été vaincu. La mort n’a plus de pouvoir. Les larmes et le deuil disparaîtront. Voici votre Roi vient! Il vient agrandir les frontières du Royaume de Dieu. Toute la création sera sous sa domination. Ce nouveau David régnera sur toute la terre. Des gens de tous les pays viendront l’adorer et se soumettre à son autorité. Même ses ennemis devront se plier à ses ordres. Il a d’abord fallu qu’il porte une couronne d’épines afin d’effacer la dette de nos péchés sur la croix, mais une couronne de gloire l’attendait. Une fois ressuscité, il est monté au ciel pour entrer définitivement dans son règne. Il régnera pour toujours au ciel, dans son palais royal. Un Royaume de paix est préparé pour son Église. Grâce à lui, nous sommes déjà citoyens de son Royaume. Nous vivrons en sécurité, dans un lieu que notre Roi nous prépare.

Qu’est-ce que nous allons célébrer à Noël? Quelle paix et quelle sécurité allons-nous fêter? La paix politique? Alors, il y a bien des gens dans de nombreux pays dans le monde qui auront un triste Noël. Allons-nous célébrer la sécurité économique ou financière? Si certains sont à l’aise financièrement, d’autres vivent misérablement. Même les plus riches ne sont pas à l’abri et ne doivent jamais trouver leur sécurité dans leurs biens matériels, qui est une sécurité illusoire et éphémère. Est-ce alors la paix au foyer que Noël procure? En réalité, quand les relations sont tendues, quand les communications sont difficiles, ou quand la famille se désagrège, Noël peut devenir bien triste. Ne resterait-il qu’à chercher une paix intérieure, seul dans son coin? Mais Noël tout seul, ce n’est pas Noël.

Réjouissons-nous, le premier Noël est passé, notre Roi est venu! Il a réalisé des exploits. Il a établi son règne de paix et de stabilité, que rien ni personne ne pourra renverser. Plus rien ne pourra nous agiter. Il nous donne la réconciliation avec notre Créateur, il nous procure la paix avec Dieu. « Étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ » (Rm 5.1). Nous pouvons vivre de cette paix au milieu de nos tensions familiales, au milieu de nos difficultés financières ou dans les agitations politiques de ce monde. Nous ne goûtons pas encore pleinement à cette sécurité, car son Royaume éternel n’est pas encore visible, son établissement définitif reste à venir. Mais déjà, nous en recevons un avant-goût. Déjà, nous recevons la promesse de Dieu avec foi et reconnaissance. Réjouissons-nous du Royaume de Dieu qui est venu et que nous attendons encore. Car notre Roi est venu, il règne aujourd’hui sur le trône de David et il vient encore bientôt achever son règne!