Cette méditation sur le Psaume 136 a pour sujet le souvenir de Dieu envers son peuple lui démontrant sa bienveillance et sa miséricorde dans la détresse.

Source: Les Psaumes du Christ - Nos Psaumes. 2 pages. Traduit par Beth Pham-Ngoc

Celui qui se souvient de nous

« Célébrez l’Éternel, car il est bon, car sa bienveillance dure à toujours. Célébrez le Dieu des dieux, car sa bienveillance dure à toujours! Célébrez le Seigneur des seigneurs, car sa bienveillance dure à toujours! […]

Celui qui se souvint de nous quand nous étions abaissés, car sa bienveillance dure à toujours! Et nous délivra de nos oppresseurs, car sa bienveillance dure à toujours! Celui qui donne du pain à toute chair, car sa bienveillance dure à toujours! Célébrez le Dieu des cieux, car sa bienveillance dure à toujours! »

Psaume 136.1-3, 23-26

Parfois, nous nous sentons oubliés par Dieu. Lorsque les choses vont mal pour nous, dans les moments de crise de la vie, nous pouvons nous demander : Où est Dieu? M’a-t-il oublié?

Dieu n’oublie jamais son peuple. Lorsque nous sommes confrontés à des circonstances difficiles, lorsque nous sommes « abaissés », il est réconfortant de nous rappeler ce que dit le Psaume 136 : Dieu est « celui qui se souvint de nous quand nous étions abaissés » (v. 23).

Israël en fit l’expérience dans l’Ancien Testament. Lorsque les Israélites étaient esclaves en Égypte, le Seigneur se « souvint » de son peuple dans sa détresse (Ex 2.24; 6.5). Ce « souvenir » signifie que Dieu regarda favorablement son peuple et les délivra par le moyen de l’exode du pays d’Égypte.

Dieu se souvint de son peuple parce que « sa bienveillance dure à toujours » (v. 23). Dieu est le Dieu qui garde son alliance, qui n’abandonne pas l’ouvrage de ses mains. Ainsi, Dieu montre sa bienveillance et sa miséricorde envers son peuple.

Quelle est notre crise la plus profonde? Il s’agit de la réalité du péché, dont l’esclavage en Égypte était le symbole. Dieu délivra Israël de l’esclavage en Égypte, ce qui signifie que Dieu était en route pour délivrer tout son peuple de l’esclavage du péché!

C’est ainsi que Dieu envoya son Fils pour nous sauver du péché et de toute la misère qui en découle. Lorsque Marie, la mère de notre Seigneur, reçut le message de l’ange selon lequel elle allait donner naissance au Christ, elle dit : « parce qu’il a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante » (Lc 1.48). Cela faisait non seulement référence à la situation personnelle de Marie, mais aussi à la situation humiliante du peuple de Dieu à l’époque, sous l’occupation romaine et avec Hérode sur le trône. Dieu portait son regard sur Marie et sur tout son peuple! Marie poursuivit en disant : « Il a secouru Israël, son serviteur, et s’est souvenu de sa miséricorde » (Lc 1.54). En effet, la réponse de Dieu à la détresse de son peuple se trouve finalement en Jésus-Christ, le Sauveur du monde!

Qu’en est-il des difficultés auxquelles nous sommes confrontés jour après jour? Le Seigneur va soit nous délivrer de nos circonstances pénibles, soit nous donner la force d’y faire face pendant qu’il nous dirige sur la voie vers la terre de Canaan céleste. Le long de ce voyage, chaque enfant de Dieu peut être certain que Dieu porte son regard sur lui. Dieu ne nous oublie pas.