Cette méditation sur le Psaume 127 a pour sujet les enfants de l'alliance qui sont un héritage de l'Éternel et un excellent moyen de nous attaquer à l'impiété de notre société.

Source: Les Psaumes du Christ - Nos Psaumes. 2 pages. Traduit par Beth Pham-Ngoc

Les enfants

« Cantique des montées. De Salomon. Si l’Éternel ne bâtit la maison, ceux qui la bâtissent travaillent en vain; si l’Éternel ne garde la ville, celui qui la garde veille en vain. En vain vous levez-vous matin, vous couchez-vous tard, et mangez-vous le pain d’affliction; il en donne autant à son bien-aimé pendant qu’il dort. Voici que des fils sont un héritage de l’Éternel, le fruit des entrailles est une récompense. Comme les flèches dans la main d’un héros, ainsi sont les fils de la jeunesse. Heureux l’homme qui en a rempli son carquois! Ils n’auront pas honte, quand ils parleront avec des ennemis à la porte. »

Psaume 127

La société occidentale actuelle est devenue si hostile à la foi chrétienne que nous sommes sous pression pour limiter le nombre d’enfants que nous avons. Nous essayons d’imaginer à quoi ressemblera la société lorsque nos fils et nos filles seront adolescents et nous ressentons une peur croissante au sujet des pressions et des tentations auxquelles ils seront confrontés. Nous sommes tentés de penser que les enfants sont le genre d’héritage dont nous ne voulons pas trop.

Le pèlerin qui se rendait à Jérusalem trouva la ville aux prises avec la méchanceté (Ps 125.3), il s’y sentit de ce fait méprisé et regardé de haut (Ps 123.3-4). Cela soulève une question difficile : que pouvaient faire les justes en Israël pour que le gouvernement de Jérusalem prenne Dieu au sérieux? Quelles options avaient les pieux pour redresser le clergé corrompu au temple? Nous voyons aussi à notre époque à quel point il est difficile de convaincre nos dirigeants nationaux de prendre au sérieux la volonté de Dieu, sans parler des gens qui dirigent les médias, les systèmes éducatifs et judiciaires. Ils refusent tout bonnement d’écouter la sagesse des Écritures.

Le Psaume 127 s’efforce d’enseigner aux pieux d’Israël que malgré l’impossibilité de changer les dirigeants actuels, ils pouvaient tout à fait former les dirigeants de demain. Les enfants confiés aux bons soins des croyants sont des enfants de Dieu selon l’alliance. S’ils sont élevés dans la connaissance du Seigneur, lorsqu’ils arriveront à l’âge adulte ils pourront parler de manière convaincante aux responsables gouvernementaux corrompus dans les lieux de pouvoir. Avoir des enfants : voilà la réponse de l’Esprit à la question de savoir ce que les justes pouvaient faire pour lutter contre l’apostasie du pays.

Dieu a lui-même envoyé son Fils pour naître dans un contexte de dirigeants impies (les Romains contrôlaient Israël) et d’apostasie religieuse (le temple était davantage un lieu de commerce que de prière). Sous la bénédiction du Seigneur, Jésus grandit et devint un homme qui, à l’âge adulte, pouvait parler avec conviction aux ennemis à la porte. En fait, à la croix, il se mesura à Satan lui-même et le vainquit complètement. En retour, Dieu lui donna le trône à sa main droite et fit de lui le Seigneur souverain sur toute notre terre actuelle.

Puisque Dieu lui-même, à travers la naissance de son Fils, a agi en accord avec la confession du Psaume 127, nous devons faire de même au milieu de l’apostasie de notre culture. Le fait de recevoir des enfants de l’alliance et de les élever comme l’héritage de Dieu joue un rôle clé dans la façon dont nous nous attaquons, en tant que chrétiens, à l’impiété.