Cette méditation sur le Psaume 135 a pour sujet notre foi personnelle qui est vécue dans la communauté des croyants où nous présentons à Dieu notre adoration en Église.

Source: Les Psaumes du Christ - Nos Psaumes. 2 pages. Traduit par Beth Pham-Ngoc

Une foi personnelle vécue en Église

« Louez l’Éternel! Louez le nom de l’Éternel, louez-le, serviteurs de l’Éternel, qui vous tenez dans la maison de l’Éternel, dans les parvis de la maison de notre Dieu! Louez l’Éternel! car l’Éternel est bon. Psalmodiez en l’honneur de son nom! car il est favorable. Car l’Éternel s’est choisi Jacob, Israël, pour qu’il lui appartienne en propre. En effet, j’ai reconnu que l’Éternel est grand, et que notre Seigneur est au-dessus de tous les dieux. […]

Maison d’Israël, bénissez l’Éternel! Maison d’Aaron, bénissez l’Éternel! Maison de Lévi, bénissez l’Éternel! Vous qui craignez l’Éternel, bénissez l’Éternel! Béni soit l’Éternel depuis Sion, lui qui demeure à Jérusalem! Louez l’Éternel! »

Psaume 135.1-5, 19-21

Les jeunes demandent parfois : Pourquoi se rassembler en Église? On pourrait tout aussi bien regarder un culte à la télévision, non? Pourquoi se retrouver avec d’autres gens? Certaines personnes font ainsi. Ils affirment être chrétiens, mais ne sont membres d’aucune Église et leur pratique de la religion consiste à regarder une prédication télévisée le dimanche. C’est une attitude qui s’accorde bien avec l’esprit de notre époque qui dit que je peux faire comme bon me semble, en me débrouillant tout seul.

La foi est très personnelle, mais elle ne se limite pas à ma petite personne. Il ne s’agit pas simplement d’avoir moi-même une relation personnelle avec Jésus-Christ en tant que Sauveur, il s’agit d’avoir cette relation personnelle avec Christ en tant que membre du peuple de l’alliance de Dieu. Dieu a un « peuple » (v. 4, 12). Dieu s’appelle « Seigneur » (v. 5), ce nom souligne le fait qu’il est le Dieu du peuple de l’alliance (Ex 3.14-15). Ainsi, nous l’adorons ensemble en tant que peuple de Dieu. Dans la foi et dans l’adoration, le personnel et le collectif vont de pair.

Le psalmiste dit de manière très personnelle : « En effet, j’ai reconnu… » (v. 5). Il s’agit de la connaissance de la foi et c’est très personnel. Il exprime sa foi avec une conviction personnelle parce que la véritable foi est « une connaissance certaine » et « une confiance du cœur » (Catéchisme d’Heidelberg, Q&R 21). Cependant, le poète passe du personnel, avec le pronom « je », au collectif, avec « nous ». Dans la ligne suivante, il parle de « notre Seigneur » (v. 5). Il fait sa déclaration de foi personnelle en se positionnant comme membre du peuple de Dieu.

Ce que le psalmiste sait par la foi sur l’identité et les œuvres de Dieu l’incite à lancer un appel à tout le peuple de Dieu, pour le louer et l’adorer. Il utilise le pluriel, ce qui implique une participation ensemble. Ceci nous enseigne que les chrétiens individuels ne doivent pas vivre dans l’isolement, mais doivent rechercher la compagnie d’autres croyants et s’unir à eux pour louer le Seigneur ensemble.

Dieu envoya son Fils dans le monde pour racheter un peuple et non pas des individus isolés. Le Nouveau Testament dit : « Vous, par contre, vous êtes […] un peuple racheté, afin d’annoncer les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière » (1 Pi 2.9).

Donc, lorsque le dimanche arrive, assurez-vous de vous réunir avec le peuple de Dieu pour le louer et l’adorer!