Cette prédication sur Jean 14.21-24 a pour sujet l'oeuvre du Saint-Esprit qui nous unit à Dieu dans l'amour. Son amour est sélectif (élection), notre amour est actif, dans lobéisisance, le sien est constructif, comme récompense.

Source: La paix du Christ au milieu de la tempête - Série de prédications sur Jean 13 à 17. 6 pages.

Jean 14 - Le Saint-Esprit nous unit à Dieu dans l’amour

« Celui qui a mes commandements et qui les garde, c’est celui qui m’aime. Celui qui m’aime sera aimé de mon Père, moi aussi je l’aimerai et je me manifesterai à lui. Jude, non pas l’Iscariot, lui dit : Seigneur, comment se fait-il que tu doives te manifester à nous et non au monde? Jésus lui répondit : Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera; nous viendrons vers lui et nous ferons notre demeure chez lui. Celui qui ne m’aime pas, ne garde pas mes paroles. Et la parole que vous entendez n’est pas de moi, mais du Père qui m’a envoyé. »

Jean 14.21-24

Chers frères et sœurs en Jésus-Christ,

Êtes-vous persuadés que Jésus vous aime? En réponse, quel amour avez-vous pour lui? Comment l’amour de Dieu vous fait-il grandir? Voilà de belles questions pour aborder la nouvelle année.

L’alliance entre Dieu et son peuple est une alliance d’amour et de grâce. Nous avons l’immense privilège d’être aimés par Dieu. Il veut nous en convaincre encore plus cette année. En réponse, nous avons la grande responsabilité d’aimer Dieu en pensées, en paroles et en actions. C’est notre appel pour cette année. Dans cette alliance, le maillon faible, c’est nous. Nous manquons si souvent d’amour pour Dieu. Nous désobéissons si souvent à sa parole. Nous avons besoin de revenir à son amour et à sa grâce. Heureusement, dans cette alliance, le maillon fort, c’est Dieu. Son amour nous garde en lui. Rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu en Jésus-Christ (Rm 8.39). Son amour nous rend capables de l’aimer en retour. Et quand nous l’aimons, Dieu vient encore vers nous dans son amour, pour nous encourager à l’aimer encore plus. Dans cette alliance, Dieu ne reste pas loin et distant. Il vient à nous, il vient en nous par son Esprit. Il vient sceller dans nos cœurs cet amour qui nous unit à lui. Le maillon fort vient entourer, souder et solidifier le maillon faible.

Dans la chambre haute, Jésus vient d’annoncer qu’il doit partir. Les disciples sont troublés. Jésus s’empresse de les réconforter. Il leur promet son Esprit. L’Esprit déverse dans nos cœurs l’amour de Dieu. L’Esprit nous rend capables de l’aimer en retour. Et quand nous l’aimons, Dieu se manifeste encore à nous pour nous encourager. Le Saint-Esprit nous unit à Dieu dans l’amour.

1. L’amour de Dieu est sélectif🔗

Jude, non pas Judas l’Iscariot, mais l’autre Jude, pose une question. Jude est dérangé. Jésus a dit quelque chose qui le trouble et l’inquiète. Ce n’est pas la première fois que les disciples ont des questions. D’abord Jean en a eu une : « Seigneur, qui est celui qui te livrera? » (Jn 13.25). Ensuite, Pierre : « Seigneur où vas-tu? […] Pourquoi ne puis-je pas te suivre maintenant? » (Jn 13.36-37). Thomas à son tour avait cette question : « Seigneur, nous ne savons où tu vas; comment en saurions-nous le chemin? » (Jn 14.5). Puis Philippe a eu ce commentaire : « Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit » (Jn 14.8). Et maintenant, Jude avec sa question. Quand nous écoutons la parole de Dieu, ce qu’il dit est tellement grand que sa parole provoque en nous toutes sortes de questions.

Quand vous lisez la Bible ou quand vous étudiez la Bible avec d’autres, notez bien vos questions, n’hésitez pas à les poser, même si elles paraissent étranges. Cela fait partie de notre apprentissage. Jésus prend le temps d’écouter leurs questions et leur répond patiemment.

La question de Jude se trouve au verset 22 : « Seigneur, comment se fait-il que tu doives te manifester à nous et non au monde? » Bonne question! Jude a compris quelque chose. Il a compris que Jésus est sélectif. Le Seigneur ne veut pas se manifester à tout le monde, mais seulement à ses disciples. Il vient de le dire au verset 21 : « Celui qui m’aime sera aimé de mon Père, moi aussi je l’aimerai et je me manifesterai à lui. » Oui, l’amour de Dieu est sélectif! Contrairement à ce qu’on entend souvent, le Père n’aime pas tout le monde, le Fils n’aime pas tout le monde. Le Père et le Fils aiment ceux qui aiment le Christ. « Celui qui m’aime sera aimé de mon Père, moi aussi je l’aimerai. » Il n’y a rien ici pour ceux qui n’aiment pas Jésus-Christ. N’est-ce pas déroutant? D’où la question de Jude : « Seigneur, comment se fait-il que tu doives te manifester à nous et non au monde? »

Comprenons bien. Si Jude est troublé, ce n’est peut-être pas pour la même raison que nous pourrions l’être. Sa question n’est pas : « Comment se fait-il que tu n’aimes pas tout le monde? » Sa question est plutôt : « Comment se fait-il que tu ne te manifestes pas à tout le monde? » C’est différent. Dans le contexte, Jude espère quelque chose de gros, de spectaculaire, quelque chose qui fera sensation. Du point de vue des disciples, les choses commencent à sérieusement mal tourner. Ils espéraient voir Jésus couronné grand Roi. Il sera bientôt livré aux autorités pour être mis à mort. Mais peut-être qu’il n’est pas trop tard. Si tu manifestais ta puissance à tout le monde, et pas juste à nous, ce serait beaucoup plus efficace. Ça pourrait renverser la situation. Des foules pourraient t’acclamer. Ton royaume pourrait prospérer. Pourquoi te manifester juste à nous, et pas au monde entier?

Jude a compris quelque chose, mais il n’a pas tout compris. Jésus lui parle d’une manifestation spirituelle, tandis que lui espère une manifestation physique. Jude espère du spectaculaire, pour que tout le monde voie que Jésus est le Christ, le grand Roi. Il nous arrive aussi de nous demander : Seigneur, quand vas-tu revenir dans toute ta gloire pour mettre fin au mal sur la terre? Nous avons aussi nos questions personnelles : Mais quand donc telle souffrance ou telle maladie prendra fin? Quand viendras-tu, Seigneur, pour réparer des relations brisées chez nos êtres chers? Pour quand la réconciliation? Nous espérons des manifestations qui, parfois, ne viennent pas. Pourquoi, Seigneur?

La réponse du Seigneur Jésus n’est peut-être pas celle que Jude espérait ni que nous espérons. « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera; nous viendrons vers lui et nous ferons notre demeure chez lui » (Jn 14.23-25). Quand Jésus sera monté au ciel, il donnera son Esprit à l’Église le jour de la Pentecôte. Jésus reviendra par son Esprit pour habiter dans le cœur des croyants. Voilà comment Jésus va se manifester. Mystère de la Trinité! Dieu le Père et le Fils par le Saint-Esprit viendront vers celui qui aime Jésus pour habiter en lui. Un seul Dieu en trois personnes, c’est incompréhensible, mais c’est admirable! L’ardent désir de Dieu est d’habiter dans nos cœurs.

Oui, Dieu se manifeste à tous les hommes. « Les cieux racontent la gloire de Dieu, et l’étendue céleste annonce l’œuvre de ses mains » (Ps 19.2). Personne ne peut dire : « Dieu ne s’est jamais manifesté à moi. » Dieu se manifeste à toute personne à travers sa création. Mais sa plus belle manifestation est celle dans nos cœurs, par son Esprit. Et cette lumière toute spéciale est un privilège réservé à ceux qui aiment le Seigneur Jésus, à ceux que Dieu a choisis, selon son bon plaisir, depuis toute éternité. Un amour sélectif!

Mais pourquoi? Pourquoi se manifester uniquement à ceux-là? Tournons la question à l’envers. Pourquoi Dieu irait-il habiter dans une maison toute sale, toute crottée, toute en désordre? Iriez-vous habiter dans un taudis? Dieu, lui, est trois fois saint. Pourquoi habiterait-il dans un cœur qui le déteste? Dieu est pur. Pourquoi habiterait-il dans un cœur impur, qui rejette ses règles? Nous comprenons mieux maintenant pourquoi Dieu ne veut pas habiter dans un tel cœur.

Alors, la question de Jude, il faudrait la tourner à l’envers. Comment se fait-il, Seigneur, que tu veuilles te manifester à nous, qui sommes de misérables pécheurs? Comment est-ce possible que tu désires habiter dans nos cœurs qui sont par nature pollués, rebelles et méchants comme les autres? N’est-ce pas incroyable que l’Esprit Saint vienne habiter dans nos maisons sales et en désordre? Miracle de la grâce!

Pendant l’année dernière, nous avons eu des questions sans réponse. Pourquoi, Seigneur, ne t’es-tu pas manifesté comme nous aurions espéré? Pourquoi avoir laissé telle maladie, telle souffrance, telle relation se détériorer? Durant la prochaine année, nous aurons d’autres questions de ce genre. Pourquoi Seigneur? Et si nous tournions la question à l’envers. Et si nous disions plutôt : Comment se fait-il, Seigneur, que tu nous aies fait la grâce de nous aimer en Jésus-Christ? Comment se fait-il, Seigneur, que tu nous aies fait le merveilleux cadeau de ton Esprit Saint qui habite dans nos cœurs? N’est-ce pas un immense privilège? Totalement immérité! Je vous encourage cette année à vous émerveiller de ce privilège qui n’est pas donné à tous. Je vous encourage à remercier Dieu pour ce privilège. Cela ne répondra pas à toutes nos questions, certes, mais cela nous gardera dans sa paix.

2. Notre amour pour Dieu est actif🔗

Oui, Dieu a bien voulu habiter dans nos maisons intérieures. Pas pour laisser nos cœurs sales, crottées, en désordre, mais pour laver, purifier, transformer nos cœurs. Il veut sa maison toute belle et toute propre, à sa gloire. Dieu désire ardemment habiter en nous pour y faire un beau ménage. Ce ménage prend du temps, il dure la vie entière, mais déjà ce ménage est commencé dans le cœur de ceux qui ont reçu le cadeau de l’Esprit Saint. Dieu crée un peuple nouveau, des personnes nouvelles avec des cœurs neufs. À quoi ressemblent ces personnes?

« Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole » (Jn 14.24).
« Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements » (Jn 14.15).
« Celui qui a mes commandements et qui les garde, c’est celui qui m’aime » (Jn 14.21).

Trois mots clés : aimer, garder, parole. Aimer, garder, commandements. Des mots simples et profonds. Les enfants comprennent bien ces mots : aimer, garder, parole. Je suis sûr, les enfants, que vous allez vous en souvenir. Vous allez même les rappeler à vos parents s’ils les oublient cette semaine. Je compte sur vous pour vous en souvenir : aimer, garder, parole.

Ma petite fille d’un an et demi connaît bien le mot « garder ». Quand elle ne veut pas partager un jouet avec sa cousine, elle dit : « Garder, garder! », en serrant très fort le jouet contre elle. Bien sûr, nous voulons partager la parole de Dieu avec les autres. Nous ne voulons pas la garder juste pour nous. Mais nous voulons garder sa parole dans nos cœurs et dans nos actions.

Garder sa parole ne signifie pas seulement la connaître ou l’écouter le dimanche. Garder sa parole, c’est la chérir, croire en toute simplicité dans ses promesses, obéir d’une obéissance nouvelle et joyeuse à ses commandements. Si vous me dites : « Moi, j’aime Dieu, mais sa Parole ne m’intéresse pas vraiment », vous avez un gros problème. Si vous dites : « Oh, moi, j’aime vraiment Jésus, mais je ne suis pas intéressé de suivre ses commandements », le Seigneur Jésus en personne vous répond : « Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements. » Il ajoute au verset 24 : « Celui qui ne m’aime pas ne garde pas mes paroles. » C’est très grave de ne pas garder sa parole.

Quand Dieu nous aime, il veut, en retour, notre amour, un amour qui s’exprime en action. C’est comme dans le mariage. Le mari et la femme ont juré devant Dieu de s’aimer fidèlement, dans les bons et les mauvais jours, jusqu’à ce que la mort les sépare. Cet amour s’exprime concrètement en pensée, en parole, en action, chaque jour. Aimer Dieu, c’est avoir un amour actif, qui garde les paroles de Jésus-Christ.

Nous ne parlons pas ici de perfection. Celui qui se prétend sans péché fait Dieu menteur, nous dit l’apôtre Jean (1 Jn 1.10). Aucun enfant de Dieu sur terre n’aime Dieu parfaitement et ne garde parfaitement sa parole. Nous sommes le maillon faible de l’alliance. Ne l’oublions pas! Nous avons besoin du maillon fort pour tenir. Heureusement, la solidité de l’alliance ne dépend pas du maillon faible, comme si ce maillon, en se cassant, pourrait faire tout échouer. Le maillon faible est entouré de toute part du maillon fort qui tient tout fermement en place, même si nous bronchons si facilement. Nous avons besoin de son amour pour être pardonnés et pour grandir dans notre amour pour Dieu.

Jésus ne dit pas que nous pourrions gagner notre salut par l’obéissance. Le salut est un don gratuit accordé par pure grâce et reçu par la foi. Toutefois, ce don gratuit produit du fruit. Ceux qui aiment le Seigneur Jésus gardent sa parole. Pas parfaitement, mais réellement. Des chrétiens peuvent pécher gravement. Pourtant, un chrétien aime le Seigneur et cet amour produit au moins un début d’obéissance.

Alors, voici des questions pour cette nouvelle année : Dans quel domaine de ma vie ai-je besoin de mieux garder sa parole? À quelle promesse ai-je besoin de faire plus confiance? À quel commandement ai-je besoin de mieux obéir? Pensez aux dix commandements cette semaine et demandez-vous : Comment puis-je mieux démontrer mon amour pour Dieu?

3. Son amour est constructif🔗

Écoutons encore Jésus qui dit à ses disciples :

« Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera; nous viendrons vers lui et nous ferons notre demeure chez lui » (Jn 14.23).

Les disciples, quand ils ont entendu cette parole, auraient pu poser une autre question à Jésus : « Seigneur, est-ce que cela veut dire que, si tu nous aimes, c’est parce que nous t’avons aimé les premiers? Si tu viens habiter en nous par ton Esprit, est-ce parce que nous aurions d’abord gardé ta parole? Si ton Esprit vient habiter en nous, aurions-nous fait le ménage avant qu’il vienne y habiter? » Les disciples n’ont pas posé ce genre de questions. Ils se doutaient sûrement déjà de la réponse. L’apôtre Jean nous le dit dans sa première lettre :

« Voici comment l’amour de Dieu a été manifesté envers nous : Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde afin que nous vivions par lui. Et cet amour consiste non pas en ce que nous avons aimé Dieu, mais en ce qu’il nous a aimés et qu’il a envoyé son Fils comme victime expiatoire pour nos péchés » (1 Jn 4.9-10).

L’amour de Dieu pour nous est premier. Notre amour pour lui vient après, comme une réponse à son amour, qui trouve sa source et sa force dans son amour. Si Dieu nous aime, ce n’est pas parce que nous l’avons aimé en premier. Dieu nous aime parce qu’il prend plaisir à nous aimer. Il n’y a pas d’autre raison que son bon plaisir.

Souvenez-vous du début de l’entretien dans la chambre haute : « Jésus, qui avait aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout » (Jn 13.1). Avant même que les disciples gardent sa parole, Jésus les a aimés jusqu’au bout, jusqu’à la croix. Une fois cloué sur la croix, eux l’abandonneront. Ils ne garderont certainement pas bien sa parole. C’est l’Esprit de Dieu, plus tard, qui viendra les enseigner et leur rappeler toutes les paroles du Seigneur, pour qu’ils puissent garder sa parole, comme Jésus l’annonce au verset 26. L’amour de Dieu est premier et son amour nous permet de l’aimer activement en retour.

En même temps, l’amour de Dieu est aussi deuxième, dans un sens. Dieu nous précède, il nous entoure, il nous suit. Il est par devant, par derrière, partout. Si nous aimons le Seigneur, si nous gardons sa parole, nous pouvons nous attendre à des bénédictions qui viendront après l’avoir aimé. Pas comme salaire mérité, mais comme encouragement, pour nous construire. Son amour est constructif. Quand nous l’aimons, même très imparfaitement, il nous récompense. Quand nous gardons sa parole, même très faiblement, il nous récompense. Pourquoi? Parce qu’il est généreux et parce qu’il veut nous encourager à l’aimer encore plus et à garder encore plus sa parole. Si nous aimons Dieu, si nous gardons sa parole, soyons certains que Dieu, dans sa grâce, viendra vers nous encore. L’Esprit Saint remplira nos cœurs de sa présence encore et encore. Jésus se manifestera encore à nous, dans son amour.

Alors voilà, la table est mise pour la nouvelle année qui commence. Nous aurons peut-être encore nos questions. « Pourquoi Dieu n’agit-il pas de telle ou telle façon, comme nous aimerions? » Nous aurons surtout la joie de savoir qu’il nous aime. Nous aurons la joie de l’aimer en retour. Nous aurons la joie de sa présence dans nos cœurs. Par son Esprit, le Seigneur Jésus nous manifestera son amour encore et encore. Il nous encouragera à l’aimer toujours plus! C’est son plus grand désir. Amen!